Ce groupe de 6 skieurs profitait de la poudreuse lors d’une session hors piste sur la face nord de la Foglietta à  Sainte-Foy-Tarentaise en Savoie. La journée du 5 janvier 2015 était classée au niveau 3 sur l’échelle des risques d’avalanche, ce qui n’a en rien dissuadé les skieurs de s’amuser. Mais alors que les 4 premiers sont passés sans difficulté, le 5ème a déclenché une avalanche qui l’a emporté ainsi que le reste du groupe en contrebas. Par miracle, ils ont tous survécu, mais j’ose espérer que cette expérience leur serve de leçon !

Les dangers du hors pistes : 5 skieurs emportés par une avalanche en Savoie

2 commentaires
Views

2 commentaires

  • Franzlim

    Je trouve le texte de l’article bien sévère. Ce n’est peut être pas un “miracle”, si ils ont tous survécu. On sent le groupe relativement aguerri. Un risque d’avalanche de niveau 3, est un niveau à risque réel sur certaines parois. De nombreux skieurs prennent le risque de sortir hors-pistes dans ces conditions et sans prendre les précautions que l’on voit dans cette vidéo. Pour limiter le risque de déclenchement, on voit que chaque skieur passe tour à tour. De plus, une fois passé, le groupe se pensait abrité derrière des rochers. Malheureusement pour eux, l’avalanche était vraiment conséquente et les a tous emportés. J’imagine qu’ils devaient être équipés du matériel de sécurité pour pallier à ce genre de mésaventure. Alors franchement quelle leçon leur donne cette expérience ??? Si des experts passent, je suis curieux d’avoir leur avis sur la situation.

  • jack

    j’ai bien regardé la vidéo et effectivement je ne vois pas trop d’erreur non plus. Sortir par risque 3 tout le monde le fait et moi le premier ( j’ai encore été faire un sommet vers chez moi aujourd’hui le pic des 4 Termes dans les Pyrénées et le BRA était à 3 avec des petites plaques annoncées, pourtant on est sortis).

    Là visiblement ils avaient repérés la plaque et ont fait preuve de prudence en passant les uns après les autres et lentement. Après c’est difficile de connaitre l’importance d’une plaque. Même en cassant , cette dernière aurait pu être suffisamment petite pour ne pas balayer le groupe du bas. Et sinon quoi faire? Ils devaient sans doute se croire à l’abri…

    Tout ça pour dire que c’est facile de juger à postériori mais qu’une fois sur le terrain c’est bien plus dur d’évaluer une situation et de prendre la bonne décision d’autant que la neige, plus on la connait, moins on la connait ( et c’est un copain PGHM qui le dit). Et nous, on n’y était pas….